funebres

Funérailles : les dernières tendances en matière d’organisation

Funérailles

Organiser les obsèques d’un proche est embrouillant, car cela doit être fait dans un bref délai. Il existe tout de même des professionnels qui sachent comment organiser et proposer un thème pour la famille.

L’organisation des obsèques suivant un thème particulier

Les cérémonies de funérailles sont des instants où tous les proches du défunt font un dernier adieu et respectent un code d’honneur bien particulier. Ce code dépend avant tout de la place sociale et de l’image de marque de l’individu dans la société. Pour préserver cette image et pour que la cérémonie soit une des plus mémorables, il est possible de confier l’organisation à une société de pompes funèbres. Cette dernière est une professionnelle qui sait exactement quoi faire pendant cette période douloureuse. Bien que l’organisation de cet événement soit toujours urgente et imprévisible, ces professionnels trouvent toujours quelque chose pour personnaliser l’événement. Il y a aussi le respect du choix de la famille, car le moindre détail ou oubli peut mettre les personnes mal à l’aise. Pour cela, la société doit collecter le maximum d’informations auprès de la famille concernant la thématique choisie, la mise à disposition du défunt dans un funérarium, l’emplacement du cercueil, etc. S’il s’agit d’une incinération ou d’un enterrement, du respect de croyances religieuses, le professionnel doit proposer une idée pour le dernier adieu du défunt à la famille. Pour que tout cela se déroule dans les meilleures conditions, il est possible de proposer à la famille un catalogue de décoration les plus courants. Le programme de la journée, avant et après l’enterrement doit être détaillé, même le ou les personnes qui doivent faire le petit discours.

L’exposition du défunt dans les chambres funéraires

Les chambres funéraires sont des salles aménagées pour accueillir le défunt et le garder le temps du recueillement et avant la mise en terre. Les pompes funèbres doivent disposer d’une grande salle qui fait office de chambre funéraire, d’un salon privé réservé à la famille et d’un espace de convivialité pour servir le repas. Là-bas, le défunt est déposé sur une table où la famille peut le recueillir. Il y a des chambres agencées et qui offrent le maximum de confort aux familles. Il est possible de trouver une décoration suivant un thème demandé par la famille, un grand salon, des fleurs, une autre chambre où les autres membres peuvent se reposer. Ces lieux de repos peuvent être équipés d’un téléviseur, d’une radio, d’un lecteur audio à la voix basse.

Outre la chambre funéraire, la famille dispose d’une aire de repos, un grand salon préparé pour souffler l’entre des visites. Il y a même des chambres pour se reposer ou se changer pendant les jours de recueillement. Dans cet espace, la famille peut discuter sur la suite du programme, faire des rassemblements, et se reposer. Il y a aussi un espace convivial où les visiteurs peuvent déguster des menus préparés par un service traiteur. L’espace peut être doté d’un téléviseur qui diffuse les photos du défunt, des souvenirs qui rappellent les moments forts passés en famille, etc.

Les dernières tendances actuelles

Les tendances actuelles suivent aussi le rythme comme pour les personnes soucieuses de la nature. Cela s’observe, car à leur mort, l’organisation de leurs funérailles peut avoir un tournant écologique. Un tel événement doit suivre des détails et ceux jusqu’à l’enfouissement du corps du défunt. Parmi ces détails, il y a d’abord la partie impression des invités qui doivent se faire sur du papier recyclé, ou tout simplement par voie numérique. Pour ce qui est du cercueil, il doit aussi être conçu par des matériaux à base de fibres végétales comme le bambou, l’osier, l’ananas sauvage ou bien le roseau.

Concernant l’urne, elle doit être conçue avec des matériaux écologiques qui se dégradent une fois au contact de la terre ou de l’eau. Concernant le transport du défunt, il est possible d’utiliser un vélo corbillard, ou bien un attelage tiré par des chevaux. C’est plutôt original, et diminue la pollution urbaine. Lors de la mise en terre, la décoration peut emprunter le modèle vert tout autour, avec des fleurs selon le thème de la couleur choisie par la famille. En revanche, si la famille choisit la crémation, elle peut le faire entre les deux modes, en utilisant le froid extrême ou bien par dissolution à l’aide de produits chimiques.

Le choix de la sépulture verte

La sépulture verte est comme un revirement au naturel et pratiqué de nos jours. C’est une façon de disposer le corps du défunt en limitant au maximum l’utilisation de produits chimiques. Le traitement commence dès la prise en charge du défunt par les pompes funèbres. La première démarche consiste à placer le défunt dans un cercueil en pin ou en bambou, qui est de caractère biodégradable. Avec cette méthode, il n’y a aucun risque d’utilisation de parfums ni conservateurs pour préserver l’état du défunt. Tout se joue au naturel, et c’est plus respectueux de l’environnement.

Concernant l’urne, elle doit être de structure bio et qui se dégrade au contact de la terre. Pour plus d’originalité, il est possible d’ajouter de la terre pour nourrir les nutriments naturels une fois ajoutés de la cendre. Après l’incinération, les urnes biodégradables sont enfouies dans un cimetière écologique. Un endroit spécialement aménagé où chaque défunt est symbolisé par un arbre. Le cimetière elle-même est disposée comme un jardin vert où il est possible de profiter d’une balade lors du dépôt de fleurs.

La crémation, une tradition modernisée

Occupant peu d’espace, l’incinération est devenue une tendance dans le traitement du défunt. C’est un choix de brûler son corps après les adieux. C’est devenu l’une des techniques la plus utilisée après l’inhumation dans une tombe. Les organisateurs de funérailles doivent se préparer à toutes les éventualités si la famille choisit l’incinération.

La crémation consiste à brûler le corps du défunt dans un grand fourneau, appelé le crématorium. À la fin, les cendres seront conservées dans des urnes où la famille choisit de nouveau entre la dispersion ou la conserver dans un endroit fixé les proches. Dans le cas où la famille décide de disperser les cendres, elle peut le faire en pleine nature, dans le jardin, le jeter à l’eau, l’inhumer dans un caveau ou le sceller dans une sépulture. Dans le cas où la dispersion se ferait dans l’eau, la société d’enterrement doit demander des autorisations auprès de la préfecture et choisir un endroit convenu avec les autorités. En revanche, la dispersion des cendres dans un lieu public est strictement interdite, de même que la conservation à la maison. Il est aussi possible d’expédier l’urne dans un autre pays, selon les dernières volontés du défunt.

Toutefois, si vous optez pour l’incinération, vous disposez de 6 jours au maximum pour le faire suivant le décès. En plus, le cercueil n’est valable auprès du crématorium que s’il y a le scellé des forces de l’ordre.

Quitter la version mobile